Article du Monde sur les mamans voilées à l'école

Publié le par Collectif des Féministes pour l'Egalité

Voile  : débat sur la tenue des mères accompagnant les sorties scolaires

Le Monde, 16 septembre 2004

Une mère voilée peut-elle emmener une classe en sortie scolaire ? Rien dans la loi du 15 mars 2004, qui interdit aux élèves de porter des "signes ostensibles" religieux, ne l'empêche : elle ne concerne pas les parents. Mais elle a eu pour effet collatéral de remettre à l'ordre du jour des textes plus anciens sur le sujet.  Conséquence, la question de la tenue des parents accompagnateurs de sorties scolaires, dans le premier degré, fait aujourd'hui débat. Et tout le monde n'y apporte pas la même réponse.

Pour l'inspection académique de Seine-Saint-Denis, les parents accompagnateurs réguliers - par exemple ceux qui emmènent des enfants à la piscine toutes les semaines - ne peuvent arborer voile, kippa ou grande croix.

En revanche, ceux qui participent à des sorties scolaires occasionnelles ne sont pas soumis à cette
interdiction. Dans les Hauts-de-Seine ou dans le Haut-Rhin, les inspections académiques n'ont pas fait cette distinction : les parents qui affichent leur confession sont exclus des sorties scolaires, quelles qu'elles soient.

Pour cela, les inspections des Hauts-de-Seine et du Bas-Rhin se sont appuyées sur deux textes, bien antérieurs à la loi du 15 mars 2004. Le premier dispose que les "intervenants extérieurs" à la vie
scolaire sont dégagés de toute responsabilité en cas d'accident dans la mesure où ils participent au
service public : ils sont donc assimilés à des agents bénévoles de l'éducation nationale. A ce titre, ils
doivent se conformer à une seconde loi qui exige des personnels de l'éducation nationale une "neutralité" absolue en matière de religion.

Les deux positions des inspections académiques - celle des Hauts-de-Seine comme celle de Seine-Saint-Denis - se défendent. C'est là tout le problème. Les choses se compliquent encore quand on sait, que, in fine, c'est le Conseil de l'école qui décide de son règlement intérieur. Certes, il doit s'inspirer des consignes départementales mais rien ne l'empêche d'être plus strict. Ainsi, à Montreuil ou à Saint-Denis, certaines écoles interdisent désormais aux parents accompagnateurs de  manifester leur confession dans tous les cas de figure.

RELIGIEUSEMENT NEUTRES

Et ce n'est pas fini. Le maire d'une ville, que les écoles primaires sollicitent souvent pour les sorties
scolaires (bus, accompagnateur...), a, de ce fait, indirectement son mot à dire. A Montreuil, Jean-Pierre Brard, ancien instituteur et fervent défenseur de la laïcité, ne s'en prive pas. Dans une lettre qu'il a adressée cet été à tous les chefs d'établissements scolaires de sa commune sur l'application de la loi sur la laïcité à l'école, il précise que les parents accompagnateurs de sorties scolaires doivent toujours être religieusement neutres.

Dans ce contexte pour le moins embrouillé, le ministère de l'éducation devrait décider d'harmoniser
la situation et imposer un même règlement sur le sujet à tous les départements. Sans doute plus sur le modèle de la Seine-Saint-Denis que sur celui des Hauts-de-Seine.

Virginie Malingre

ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 17.09.04

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article